A l'occasion du Salon Mondial de l'Automobile 2008, Mercedès était en colère contre le gouvernement,  trop démagogique selon François Le Clech', directeur général de la marque. Selon lui, ce n'est pas en "encourageant le low cost qu'on pourra développer la recherche et le développement".

Le directeur général de cette célèbre marque met en avant le fait que c'est la seule industrie à progresser rapidement dans la course pour l'écologie, oubliant peut être le développement de l'énergie solaire et autres progrès en la matière.

Il argue en effet que Mercedès se soucie des enjeux environnementaux en proposant le modèle le moins polluant, la Smart CDI Stop & Start  qui émet seulement 88g de CO² ou encore la gamme Blue Efficiency.  L'année 2009 a vu la S400 arriver sur le marché, consommant moins, et moins polluante.

Si la voiture de l'avenir reste pour Mercedès la voiture électrique ou hydrogène, son directeur général affirme pourtant que ses clients recherchent avant tout le plaisir et le confort au détriment de l'argument écologique.