En forte croissance ces dernières années en France, les troubles musculo-squelettiques sont devenus un des problèmes majeurs de santé au travail, si ce n'est le plus important. Pour y faire face, priorité à la prévention.

Les troubles musculo-squelettiques en ligne de mire

Plus connus sous le sigle TMS, les troubles musculo-squelettiques désignent les maladies qui touchent les articulations, les nerfs, les tendons et les muscles, elles sont particulièrement répandues dans le domaine du BTP. Affectant essentiellement les genoux, la colonne vertébrale, le coude, les épaules et le poignet, ils rassemblent de nombreuses pathologies dont une quinzaine seulement sont reconnues comme des maladies professionnelles.

Le syndrome du canal carpien, les affections du coude, les tendinites et les lombalgies font ainsi partie des troubles les plus fréquents dont souffrent les travailleurs. Quant à la raison de leur apparition, les troubles musculo-squelettiques peuvent avoir des origines multiples.Les facteurs psychosociaux et ceux biomécaniques sont néanmoins le plus souvent mis en cause : stress au travail, répétition fréquente des mêmes mouvements, certaines postures malmenant les articulations et pressions mécaniques.

Prolongée dans le temps, une position de travail statique peut en outre provoquer des TMS ainsi qu'un environnement froid ou exposé aux vibrations. Au fait, n'importe quelle activité qu'elle soit professionnelle ou extra-professionnelle nécessitant des gestes répétés, une sollicitation fréquente, une force excessive ou des positions inconfortables peuvent générer des troubles musculo-squelettiques, sans compter que certains individus sont plus sujets aux TMS que d'autres.

Comment éviter les TMS ?

Quoi qu'il en soit, touchant des millions de travailleurs dans le monde, les TMS sont aujourd'hui fortement associés au milieu professionnel. Si les cas de TMS sont plus nombreux dans les secteurs du BTP, de la construction automobile ou encore de l'agroalimentaire, ils n'épargnent aucune activité professionnelle. Les personnes exerçant un métier de services à la personne ou d'un travail sur écran d'ordinateur n'en sont en effet pas préservées. Alors, les TMS, une fatalité ? Loin de là.

Il est en effet tout à possible de les prévenir par des solutions ergonomiques.Les mauvaises postures de travail, les conditions ou la manière d'exécuter l'activité professionnelle étant quelques-unes des principales causes, l'adoption des mesures organisationnelles et techniques adaptées au poste de travail doit se faire : réduction des gestes répétitifs, adoption d'outils permettant de réduire les efforts physiques ou diminution des charges manipulées...

Avec l'aide d'un spécialiste en ergonomie, les mesures de prévention s'ajusteront bien entendu en fonction des facteurs de risque rencontrés et de la nature des postes de travail. Certes, la mise en place d'une bonne ergonomie efficace et de bonnes conditions de travail sont importantes pour prévenir les troubles musculo-squelettiques, mais l'instauration des pauses est aussi nécessaire. Si l'activité ou les contraintes de production de l'entreprise ne le permettent pas, il est toujours possible d'envisager l'alternance des salariés à un poste.Enfin, la prévention des TMS au travail passe également par l'apprentissage des mouvements adéquats ou des bons gestes à adopter selon le travail à faire.

Dans tous les cas, quel que soit le mouvement à faire, celui-ci se doit être accompli dans une posture qui ne soit pas pénible pour les muscles ou les articulations sollicitées. Le geste ne doit également pas provoquer de contorsions.