Les services cloud (les logiciels que l’on loue au mois et qui sont installées non sur votre ordinateur mais sur les serveurs internet des éditeurs (Google, Microsoft, Amazon…) se développent à une vitesse phénoménale. Mais quels est leur impact sur l’environnement ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut distinguer deux cas : les services cloud pour particulier et les services cloud pour les professionnels.

Les services cloud pour les particuliers ne sont pas écologiques. Pourquoi ? Simplement, parce qu’ils concernent quatre types de services :

  • Des services totalement futiles pour les jeux vidéos, les réseaux sociaux ou les programmes vidéo, qui en plus de prendre du temps de vie à leurs utilisateurs, participent à l’augmentation de la consommation de l’électricité,
  • Des services qui remplacent d’autre services qui ne sont consommaient pas d’énergie auparavant (l’impression de photos papier, qui a été remplacée par le stockage de photos dans le cloud dans des serveurs consommant en permanence des quantités d’énergie astronomiques,
  • Des services qui remplacent des logiciels qui étaient installés sur les ordinateurs des utilisateurs et qui ne consommaient de l’énergie que quelques heures par an et qui en consomment désormais en permanence.
  • Des services réellement utiles (navigation, santé, éducation) qui participent au développement humain en contre-partie, certes d’une consommation d’énergie non négligeable.

Le bilan écologique de la majorité des services cloud (les 3 premières catégories) des particuliers est donc, très négatif pour l’environnement.

Concernant les services cloud des entreprises, le bilan est plus nuancé.

Certains experts estiment que l'un des meilleurs moyens pour les entreprises de rendre leurs opérations informatiques plus «vertes» est de faire passer leurs applications d'un modèle de déploiement sur site à un modèle SaaS.

Qu'est-ce qui rendrait les services SaaS dans le cloud si écologique? Tout tourne autour des serveurs.

De nombreuses applications informatiques d’entreprise tournent sur des serveurs. Or, le serveur d'entreprise moyen a un taux d'utilisation de seulement 5 à 15%, selon des études menées par l'Institut national des normes et de la technologie (NIST). Et, avec le serveur typique aspirant une moyenne de 450 watts de puissance, c'est beaucoup d'énergie gaspillée consommée.

Mais les fournisseurs SaaS ont la réputation d'utiliser leurs actifs de manière plus productive. Parce qu'ils sont concernés par le rapport coût-efficacité de leur modèle d'exploitation, ils doivent maintenir des taux d'utilisation des serveurs beaucoup plus élevés afin d'être rentables. En tout cas, en théorie. Pour cette raison, ils sont censés être plus susceptibles de tirer parti des composants matériels économiseurs d'énergie et de suivre les meilleures pratiques en matière de gestion informatique respectueuse de l'environnement.

Cette combinaison réduirait non seulement le gaspillage d'énergie en éliminant le besoin d'augmenter la capacité inutilisée du serveur, mais réduirait également l'émission de carbone toxique.

D'autres avantages «verts» peuvent être obtenus par les fournisseurs SaaS grâce à l'utilisation d'architectures multi-locataires modernes.

En plaçant plusieurs clients sur le même serveur et en partageant les principaux composants de l'application, les infrastructures multi-locataires peuvent encore augmenter les taux d'utilisation et minimiser la consommation d'énergie.

Mais au-delà de cela, c’est la nature même des services rendus qui rendent le service global plus écologique.

Prenons le cas de cet expert comptable en ligne pour PME pionnier. Habituellement, une PME utilise un logiciel de comptabilité installé sur l’un de ses ordinateurs et transmet les informations à son comptable tous les ans. Mais la comptable en interne qui gère la comptabilité, passe un temps important à saisir les factures, vérifier les écritures de banque, opérer ce que l’on nomme des « rapprochements ». Tout cela consomment un temps important et donc, une grande quantité d’énergie. Le service Tiime, édité par cet expert-comptable en ligne, offre des fonctions de comptabilité de base, qui sont bénéfiques sur un plan écologique de trois façons :

  • le service de comptabilité en ligne opére lui-même les rapprochements bancaires, ce qui permet de gagner du temps et de l’énergie,
  • le service peut-être utilisé par le gérant de la PME, ce qui économise un poste de travail et toute l’énergie associé
  • Enfin, le service réalise automatiquement des rapports qui étaient réalisés par un humain, qui consommaient là encore de l’énergie.

Ce cas, quasi idéal, ne correspond qu’à une partie des services cloud pour entreprise et pour être honnête, il faut reconnaître qu’une partie des services cloud pour professionnels sont lancés par des start-ups qui fournissent des services parfois inutiles en les présentant comme indispensables. Là encore, perte sèche d’énergie et mauvais bilan écologique.