Rien de tel que de réduire les déchets ménagers pour gaspiller moins d’énergie. Pourtant les volumes de nos déchets ne cessent d’augmenter. Réduire les déchets ménagers permettraient d’économiser l’énergie de la matière première préservée et l’énergie nécessaire à l’élimination.

 

Le tonnage des ordures ménagères a doublé et celui des emballages quadruplé entre 1960 et 2000. Il n’en reste pas moins urgent de réduire les déchets ménagers, les filières d’élimination consommant beaucoup d’énergie. La France compte environ 130 usines d’élimination dans lesquelles sont incinérés la plupart des déchets, sans compter les décharges.


Néfaste pour l’environnement, ce mode d’élimination est d’autant plus idiot qu’il anéantit définitivement une part importante des matières premières. Les incinérateurs rejettent des métaux lourds toxiques que les dispositifs de traitement des fumées n’arrêtent pas tous. Sans compter que les matières organiques en fermentation dans les décharges dégagent du méthane, puissant gaz à effet de serre, rarement récupéré comme source d’énergie.


Il est d’autant plus primordial de réduire les déchets ménagers que le ramassage des ordures représente, en France, 15 000 bennes, parcourant 265 millions de kilomètres par an, avec une consommation de gazole importante du fait des arrêts fréquents.


A la question de réduire les déchets pour moins nuire à l’environnement, les industriels de ce domaine répondent par la "valorisation énergétique" de l’incinération. Mais le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEG) affirme que seule une faible part d’énergie de la combustion des ordures est récupérée en fin de traitement. Le rendement est de 30% pour la chaleur et de 11% pour la production d’électricité.


On économise plus d’énergie grâce au recyclage, car récupérer de la matière évite d’avoir à la produire "à partir de zéro". L’organisme Eco-Emballages remarque toutefois qu’on pourrait économiser de 15 à 20% de gaz carbonique si les rotations et les trajets des camions étaient mieux organisées.


Reste la solution du compostage, très intéressante pour réduire l’impact énergétique des déchets en limitant la quantité d’ordures ménagères à enlever par la collectivité et en évitant d’incinérer de la matière organique, constituée de beaucoup d’eau, d’où la production de dioxines.