Avion et écologie

Notre défi

L’avion est le moyen de transport le plus polluant : non seulement, il génère les plus grandes quantités de C02, pour chaque kilomètre parcouru, mais en plus, comme les distances moyennes parcourues sont plus élevées, il est doublement polluant. Les trajets courts des compagnies low cost effectués dans le cadre de week-ends à l’autre bout de l’Europe sont particulièrement dommageables pour l’environnement.

 

Si vous êtes voyageur au long court et que vous devez utiliser l’avion pour aller dans des pays lointains, il existe néanmoins des solutions pour compenser les émissions de CO2 que vous générez.

 

Comment pouvons-nous agir ’

 

Quatre axes peuvent guider notre réflexion autour de la réduction de la pollution générée par le transport aérien :

  • éviter les voyages de courte durée (week-end dans une capitale européenne sur une compagnie low cost ou réunion de travail qui pourrait être remplacée par une visio-conférence),

  • le remplacer aussi souvent que possible par le train (voyage dans les capitales européennes proches, trajets de type Paris-Toulouse ou Paris-Nice),

  • encourager l’industrie aéronautique à produire des avions consommant beaucoup moins de carburant,

  • compenser les émissions de gaz carbonique qu’il génère par la plantation d’arbres qui absorbent de grandes quantités de gaz carbonique, soit directement vous-mêmes, soit en choisissant les compagnies aériennes qui participent à de tels programmes.


Qu’avons-nous à gagner ’

  • un ralentissement du phénomène de réchauffement climatique via une réduction de gaz carbonique,
  • une meilleure qualité de l’air grâce à une réduction des autres émissions polluantes.

 

L'éruption du volcan islandais Eyjafjöll et le nuage de cendre qu'il a généré a cloué au sol les compagnies aériennes européennes, aggravant la crise que connait le transport aérien depuis plusieurs années et également des économies d'émissions de CO2.

Une ascension du Kilimandjaro par la voie Machame (le chemin le moins dur) est un rêve accessible à presque tous ceux qui sont en bonne condition physique et qui ont les moyens de s’offrir un billet d’avion pour Nairobi, la ville où atterrissent ceux qui entreprennent l’ascension. Mais quel est le coût écologique d’une telle aventure ’

L’avion est le moyen de déplacement le plus polluant. Si l’on part du principe du fait que l’on ne clouera pas les avions au sol, il est utile d’envisager comment compenser les émissions de CO2 d’une compagnie aérienne.