Les voitures récentes rejettent en moyenne 2 à 3 fois moins de CO2 que les vieux modèles. Peugeot en fait un argument clé de sa campagne Blue Lion. Mais le bilan économique global de l’opération n’est pas aussi évident.

 

Chaque voiture, récente ou ancienne, rejette beaucoup de CO2. En dehors des voitures électriques, il n’existe pas de voiture propre du point de vue du réchauffement climatique. Mais, il est vrai que les voitures récentes rejettent moins de CO2 (entre 10kg et 15kg de CO2 pour 100km parcourus) que les anciennes (entre 20kg et 35 g pour 100km parcourus).

Donc, si l’on a un peu de conscience écolo, on peut légitimement se poser la question suivante : dois-je abandonner ma vieille voiture très polluante pour une voiture un peu moins polluante ’

Si l’on s’en tient à un simple calcul de rejet de gaz carbonique, la réponse s’impose d’elle-même:  sur 20 000 km, les émissions de CO2 de ma nouvelle voiture sont inférieures de 2 tonnes à celle de mon ancienne. C’est la thèse que défend Peugeot avec son programme Blue Lion, ce qui se tient. Méfions-nous tout de même des chiffres à qui l’on peut tout faire dire et son contraire : le spot TV pour le programme Blue Lion annonce que les 20% des voitures les plus vieilles sont responsables de 60% des émissions de gaz carbonique.

Une démarche plus juste serait plutôt de chercher à savoir quelles sont les voitures les plus polluantes encore en circulation à l’heure actuelle : on découvrirait alors que ce sont les grosses berlines et les SUV/4x4 et autres tous-terrains qui polluent le plus. La conclusion du spot Peugeot pourrait alors être tout autre. Remplacer votre grosse voiture 5 places, par une petite voiture 5 places. Trois fois moins chères. Deux fois moins polluante.

Mais restons sur le terrain du remplacement des vieilles voitures polluantes. Le problème est que le remplacement d’une voiture par une autre implique la prise en compte d’un bilan écologique plus large. Pour produire la nouvelle voiture, il faut consommer de l’énergie (associée à des émissions de gaz carbonique), pour l’acheminer en concession, il faut consommer de l’énergie (associée à des émissions de gaz carbonique). Ensuite, il faut se débarrasser de la vieille voiture : soit elle va dans une décharge est productrice de déchets, soit elle est revendue et continue à polluer et émettre du gaz carbonique.

Notre conseil si vous êtes pris dans ce dilemme : ne changez pas votre voiture avant que ce ne soit logique le faire.

En revanche, limitez les émissions de CO2 de voiture actuelle :

- faites-la régler dans un garage afin d’optimiser les émissions de gaz,

- roulez moins vite : a 120km, vous consommez infiniment plus qu’à 90km et gagnez peu de temps au final,

- roulez moins et utilisez davantage transports en commun et vélo si vous le pouvez,

- ne roulez pas tout seul dans votre voiture et essayez de la remplir, par exemple, lorsque vous vous rendez au travail.