Les mauvais réflexes alimentaires des français ont une lourde empreinte écologique pour l’environnement. Il est aujourd’hui indispensable d’acquérir de plus saines habitudes pour une assiette plus "verte".

Très coûteuse en énergie, la production de viande ne colle pas vraiment aux enjeux écologiques. C’est pourquoi en manger presque à chaque repas comme le font les fFançais est très mauvais, tant pour leur santé que pour la planète. Limiter la viande rouge est donc impératif pour diminuer l’empreinte écologique de notre alimentation.


Il faudrait environ 7 à 10 protéines végétales pour produire une seule protéine animale... Mieux vaut donc consommer de la viande que 2 à 3 fois par semaine, pour plus de qualité. Les protéines animales n’ont cependant pas toutes le même impact. Notre planète préfère la production de volaille ou de porc à celles de boeuf et d’agneau qui sont bien plus énergivores.


On oublie d’ailleurs souvent que l’association de céréales telles que le riz, le blé ou le quinoa, et des légumineuses comme les pois chiches ou le soja remplacent parfaitement la viande d’un point de vue nutritionnel.


On ne se méfie pas non plus assez des plats surgelés ou préparés. En effet, plus on transforme un produit alimentaire, plus il coûte d’énergie. Les aliments bruts constituent malheureusement moins d’un quart de notre budget alimentaire. Les produits de l’industrie agro-alimentaire comme les pâtes, les conserves, surgelés et confiseries représentent la majorité de nos dépenses !


Rien de tel pour diminuer l’empreinte écologique de notre assiette que de bannir les plats préparés très coûteux en énergie d’autant qu’ils sont souvent sur-emballés. Pire encore, les surgelés impliquent des conditionnements spéciaux et un maintien à -18°C jusqu’à leur consommation.


Les produits bio sont en revanche les bienvenus, car dépourvus d’engrais chimique, d’herbicides et pesticides de synthèse dont la fabrication nécessite de l’énergie fossile. On compte environ 20% d’énergie de moins pour un kilo d’aliments bio que pour une agriculture classique. Reste toutefois à vérifier qu’ils ne sont pas importés de l’autre bout du monde...


Enfin mieux vaut faire ses courses au marché ou aux commerces de proximité que dans les grandes surfaces. C’est d’abord l’occasion d’y aller à pied ou en vélo. C’est aussi délaisser une majorité de produits transformés et sur-emballés. C’est surtout ne pas choisir une chaîne commerciale qui multiplie les intermédiaires, les stockages et les transports, néfastes pour l’environnement. Faire le choix d’une grande surface, c’est remplir un panier à provision à forte empreinte écologique.