La toiture végétale est construite uniquement à partir de végétaux. Cette réalisation existe depuis plusieurs générations et est utilisée dans de nombreux pays, notamment européens et scandinaves. Bien que très écologiques, ces toits possèdent de nombreuses vertus. Ils sont tout d’abord dotés d’une très bonne isolation phonique et sont résistants aux quatre éléments naturels : l’air, l’eau, le vent et le feu.


D’un point de vue énergétique, la toiture végétale a l’avantage d’absorber la chaleur ce qui permet de réduire la facture de chauffage. Elle va principalement être composée à partir de paille, de terre et d’écorce. Ces éléments naturels permettront un isolement de qualité et sont entièrement renouvelables. Par ailleurs, le toit peut être plat ou en pente. Quelque soit son orientation, il sera possible de récupérer l’eau de pluie. L’entretien se limite quant à lui à un simple arrosage.


La fabrication de la toiture végétale est abordable pour tous et ne demande que quatre principales étapes de construction. La première consiste à établir la membrane d’étanchéité qui sera à base de bitume, de pvc, de caoutchouc ou de polyoléfine. Vient ensuite la couche de drainage qui permettra de récupérer l’eau de pluie. Elle est réalisée à partir d’argile, de cailloux, de graviers et de plaques de polystyrène. Le support de culture, ou le substrat de croissance, sera composé de mousse, de terreau et de compost.
 
 
Enfin, la couche végétale sera, de préférence, construite à base de végétaux qui n’auront pas besoin d’entretien. On peut, par exemple, penser aux plantes vivaces qui supportent tous types de températures et qui poussent rapidement. On note également que les végétaux ne doivent pas dépasser en moyenne 25 cm de hauteur. Pour un côté esthétique de l’habitat, il est tout à fait possible de transformer sa toiture végétale en jardin suspendu, du moment où  la surface sera moyenne et ne dépassera pas 350kg par mètre carré.