Face à la préservation de l’environnement et aux économies énergétiques, les toilettes sèches apparaissent comme une bonne alternative pour l’évacuation des excréments humains. En effet, les eaux usées sont redirigées vers les rivières ce qui, par conséquent, les polluent. Par ailleurs, ces déchets ne sont pas traités facilement par les stations d’épuration. De plus, à chaque fois qu’une personne va tirer la chasse d’eau, 10 litres d’eau vont être en moyenne consommés.


D’un point de vue technique, les toilettes sèches peuvent être fabriquées par tous. Elles ne nécessitent que des matériaux à bas prix et leur montage s’avère fort simple. Seuls un seau correctement aménagé et de la sciure de bois suffiront à l’élaboration des toilettes sèches. Elles peuvent également être installées dans la maison puisque l’odeur sera très faible du moment où 3 louches de sciure sont utilisées pour recouvrir les excréments.


Côté recyclage, le seau une fois plein, pourra être vidé dans un carré à compost si l’on vit à la campagne ou dans une aire de compostage si l’on habite en ville. Ainsi, les toilettes sèches permettent de faire d’importantes économies en eau et préservent l’environnement. Par ailleurs, l’utilisation de sciure ou de copeaux de bois permet une décomposition rapide des excréments. Le rapport azote/carbone est alors tout à fait convenable pour le compostage.


Selon la directive européenne, les toilettes sèches sont autorisées puisqu’elles sont entièrement écologiques. Cependant, elles ne doivent ni gêner le voisinage ni polluer les eaux souterraines. Ainsi, ces toilettes permettent d’aider le citoyen à préserver l’environnement et sont économiques à tous les points de vue.