Certains particuliers produisent de l’énergie solaire pour la vendre. Bonne nouvelle, leur distributeur local a l’obligation d’acheter cette énergie solaire. Deux possibilités s’offrent à ces propriétaires lors du raccordement de l’installation. Vendre son énergie solaire suppose soit la vente du seul surplus dépassant la consommation personnelle, soit la totalité de la production. Dans cette éventualité, le distributeur pose une connexion spécifique différente de celle du particulier pour son alimentation domestique. Vendre son énergie solaire implique alors des conditions d’achat spécifiées dans un second contrat d’une durée de vingt ans.

L’installation photovoltaïque

Il faut dorénavant moins de dix ans pour rentabiliser un toit solaire, malgré le coût de l’investissement. Les aides fiscales et les subventions associées au fait de vendre son énergie solaire y sont pour beaucoup.


Niveau prix, avec la pose, 7 à 10 euros sont nécessaires par watt de puissance installées pour des modules intégrés. Concrètement on estime qu’il faut compter de 15 400 à 22 000 euros pour une installation d’une puissance de 2,2 kw.


Concernant les aides, les particuliers qui souhaitent vendre leur énergie solaire bénéficient d’un crédit d’impôt pour l’installation photovoltaïque dans une résidence secondaire lorsque sa puissance n’excède pas 3 kilowatts. Autre condition, la quantité produite pour vendre son énergie solaire en totalité ne doit pas excéder deux fois la consommation du foyer.


A noter aussi qu’un taux de TVA à 5,5% sur le matériel et la pose s’applique si le logement est achevé depuis plus de deux ans pour le choix de vendre le surplus de son énergie solaire. Ceux qui souhaitent vendre leur énergie solaire en totalité ont vu le taux de TVA porté à 19,6% depuis mai 2007,  soit un coup supplémentaire d’environ 2 500 euros pour une installation standard.


Côtés revenus, un arrêté gouvernemental a fixé les tarifs d’achat de la vente de l’énergie solaire qui dépendent de la filière de production. Les prix pour le photovoltaïque ont augmenté considérablement en juin dernier. En métropole, il faut compter 0,30 euros par kilowattheure et 0,40 en Corse et départements d’outre-mer. Pour des modules "intégrés au bâti", c’est de l’ordre de 0,55 euros quelque soit le lieu.


Comme le tarif "bleu" d’EDF est de 0,09 euros, le but économique est de vendre son énergie solaire et de consommer celle du réseau. Les gains sont alors soumis à l’impôt, à la case "revenu non professionnel accessoire" de la déclaration.