Il ne suffit pas d’avoir une bonne installation pour économiser sur le chauffage, encore faut il bien savoir l’utiliser. Voici quelques simples précisions pour mieux s’en servir.

Quelle température adopter pour économiser sur le chauffage ’ On prône 19°C dans les pièces à vivre et 16°C dans les chambres pour les températures de confort, selon les médecins et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie (Ademe). On s’en accommode vite, d’autant que cela permet d’économiser sur le chauffage. En effet, passer de 19°C à 20°C consomme 7 % d’énergie supplémentaire.


Quand peut-on varier la température de son logement ’ Baisser de 4 à 5°C la nuit dans les pièces à vivre et la journée lorsqu’on est absent ne pose pas de problème. La température de confort n’a en effet d’intérêt que lorsqu’on est présent dans son habitation. En cas d’absence prolongée sur plusieurs jours, mieux vaut régler le chauffage sur la position "hors gel", c’est à dire environ 8°C.


Pour économiser sur le chauffage, il est fondamental d’éviter les pertes de chaleur. Pour ce faire, il suffit de quelques gestes simples, comme fermer les volets et les rideaux lorsque la nuit tombe. Les vitrages peuvent constituer près de la moitié des déperditions de chaleur nocturnes. Autre réflexe, fermer les radiateurs pour aérer une pièce permet d’éliminer humidité, allergènes et autres polluants sans trop dépenser d’énergie. Pour capter le plus d’énergie solaire possible, mieux vaut ne pas baisser les stores sur les fenêtres au sud quand elles sont éclairées par le soleil.


Question entretien, il faut absolument maintenir les performances d’une installation. Les conseils d’un spécialiste agréé une fois par an pour l’entretien, le nettoyage et le réglage permettent d’économiser sur le chauffage jusqu’à 10% et de réduire les risques d’incendie ou d’intoxication par le monoxyde de carbone (c’est le cas des chaudières à combustible fossile ou à bois). Un contrôle des performances tous les 4 ans est obligatoire depuis 2006, sauf pour les systèmes à bois.


Le ramonage du conduit de fumée et l’inspection des conduits tubés sont nécessaires pour les contrats de location. Les compagnies d’assurance l’exigent , en général une fois par an pour le gaz, et deux fois par an pour le bois ou le fioul. Il faut parfois manoeuvrer les vannes, les robinets de réglages et les robinets thermostatiques pour éviter les grippages de l’installation de chauffage suite à une longue inutilisation. Maintenir la bonne pression d’eau dans la chaudière et purger les radiateurs au redémarrage est également indispensable pour conserver les performances de chauffage.


La salle de bain est toujours un cas à part. Elle n’est pas occupée continuellement, mais son utilisateur a immédiatement besoin de chaleur. Il faut donc la gérer indépendamment du reste du logement. Elle doit pouvoir augmenter rapidement de température tout en étant maintenue fraîche le reste du temps. Pour ce faire, rien de tel qu’un chauffage individuel comme un radiateur classique et/ou régulé, pour prendre en compte les apports de la vapeur d’eau.