Mieux vaut limiter les émissions de gaz carbonique pour faire de notre planète un monde plus écologique. A base de dioxyde de carbone, les émissions de gaz carbonique peuvent être d’origine naturelle. Ainsi, les volcans, les incendies de forêt ou la respiration animale et végétale produisent des émissions de gaz carbonique. Mais nos actes quotidiens causent malheureusement trop d’émissions de gaz carbonique, comme le chauffage, nos véhicules, voire tout type de combustion.

Les émissions de gaz carbonique diffèrent selon l’énergie que l’on utilise. On compare les émissions de gaz carbonique en fonction de la production d’une quantité donnée d’énergie livrée au consommateur final. Pour mesurer convenablement les émissions de gaz carbonique, il faut prendre en compte l’ensemble du processus (extraction, fabrication industrielle, transport, combustion..).


Les énergies fossiles engendrent beaucoup plus d’émissions de gaz carbonique. Les autres énergies sont à privilégier pour diminuer les émissions de gaz carbonique. On trouve en bon premier le charbon à créer des émissions de gaz carbonique. Viennent ensuite le pétrole puis le gaz en bons producteurs d’émissions de gaz carbonique.


Loin derrière, les énergies renouvelables dégagent très peu d’émissions de gaz carbonique. Celle du nucléaire, réduite surtout à la phase de construction des centrales, a de très faibles émissions de gaz carbonique. Certes plus élevées au premier abord, les émissions de gaz carbonique du photovoltaïque sont fortement réduites ensuite par l’énergie consommée pour la fabrication des modules et du faible rendement de la filière.


Bien que ces énergies renouvelables rejettent peu d’émissions de gaz carbonique, le charbon reste une des principales énergies utilisées. On cherche alors des solutions pour en maîtriser les émissions de gaz carbonique. La "capture et le piégeage du CO2" semble être une technique dans laquelle la recherche investit beaucoup pour diminuer les émissions de gaz carbonique.


Le but est de prélever le CO2 de la combustion de la houille pour stocker sous terre et de réduire les émissions de gaz carbonique du charbon. Trois possibilités existent pour stocker ces émissions de gaz carbonique, les gisements épuisés d’hydrocarbures, les aquifères salins profonds et les anciennes veines de charbon. Mais ces techniques pour diminuer les émissions de gaz carbonique ne seront pas commercialisables avant au moins 10 ans.


Sans compter que réaliser cette solution de stockage des émissions de gaz carbonique implique l’organisation d’un énorme réseau mondial du C02. Encore faut il que la politique souhaite aussi réduire les émissions de gaz carbonique en imposant ce système à l’échelle mondiale. C’est le cas pour l’Union Européenne qui a décidé d’imposer cette méthode aux centrales de gaz et de charbon pour limiter leurs émissions de gaz carbonique.


Mais la Chine, l’Inde et les Etat-Unis, gros consommateurs de charbon, le privilégient pour sa rentabilité économique malgré ses émissions de gaz carbonique. Cette politique internationale quant aux émissions de gaz carbonique décidera pourtant du sort de notre planète pour les décennies à venir.