L’évacuation des gaz de votre chaudière (du fait de la combustion) et l’apport en oxygène « neuf » vont de pair, c’est ce qu’on désigne par "tirage pour un appareil à combustion". Ce phénomène est important tant pour votre sécurité, (afin d’éviter d’éventuelles intoxications au monoxyde de carbone,)  que  pour la performance de votre chaudière. En effet,  l’appareil sera moins efficace si l’apport en oxygène est insuffisant pour produire une bonne combustion. 
On compte deux types d’évacuation des gaz pour une chaudière, dont la manière classique, c’est à dire par le conduit d’évacuation de votre habitation. La chaudière doit être raccordée à ce conduit, l’apport en oxygène et les évacuations se font par le même conduit, les fumées s’élevant « naturellement » pour laisser place à l’air ambiant.  Pour ce faire, la pièce doit être bien aérée, et le conduit bien entretenu.

Les évacuations de gaz de votre chaudière peuvent aussi se faire à l’aide d’une ventouse, qui reproduit un conduit artificiel. Un tuyau est amené jusqu’au mur extérieur (ventouse horizontale) ou jusqu’au toit (ventouse verticale). Ce conduit se compose en fait  de deux tuyaux concentriques : le premier, intérieur, dédié à l’évacuation des gaz, le deuxième, périphérique à l’apport en oxygène.

On peut monter ces ventouses sur n’importe quel type de chaudière. Elles  sont notamment très pratiques avec des chaudières murales installées en cuisine par exemple. La ventilation peut être naturelle ou assistée, grâce à un ventilateur.