Respecter l’environnement implique une bonne isolation pour une économie d’énergie. L’idéal est donc d’éviter les pertes thermiques avec une isolation efficace pour faire une économie d’énergie. En pratique, le chauffage compte pour 60% de notre consommation d’énergie, voire 75% quand une maison est mal isolée. Pas d’impasse possible sur une bonne isolation pour une économie d’énergie !

Les logements d’avant 1975 (une grande majorité en fait), lorsque est apparue la première réglementation thermique imposant l’isolation, entraînent chaque année une perte thermique moyenne de 330 kilowattheures par mètre carré, d’où notre surconsommation d’énergie en chauffage.


La réglementation thermique 2005, actuellement en vigueur, impose aujourd’hui de limiter les pertes thermiques à 85 kwh par an au mètre carré, pour de meilleures isolation et économie d’énergie. Il est pourtant possible de faire beaucoup mieux techniquement, puisqu’on sait de nos jours construire des maisons "passives" aux pertes thermiques de seulement 15 kwh par an au mètre carré. Cette excellente isolation permet donc une économie d’énergie bénéfique pour l’environnement!


Les pertes d’énergie

Il faut respecter quelques principes pour une économie d’énergie. Il est impératif de soigner sa toiture, qui, exposées aux diverses intempéries, est dépourvue d’inertie thermique. Pour une économie d’énergie, une épaisse et forte isolation à cet endroit s’avère donc nécessaire. Végétaliser sa toiture est une excellente idée.


Isoler les murs permet aussi une économie d’énergie. On peut choisir de se servir de la structure du mur comme isolant avec des matériaux cellulaires qui emprisonnent de l’air (très efficace) comme la brique monomur par exemple. Le béton cellulaire ou la paille offrent également une bonne isolation pour une économie d’énergie. Il suffit ensuite d’appliquer une épaisseur de matériau à l’extérieur de la maison.


Plus classique, l’isolation par l’intérieur de la maison (sandwich de polystyrène et carreaux de plâtre sur un mur de béton) est beaucoup moins efficace car elle enlève son inertie thermique au logement. Mieux vaut choisir l’isolation par l’extérieur car elle limite mieux les pertes dues aux ponts thermiques.


Ne pas oublier non plus de changer les vitrages lors de l’installation d’une meilleure isolation pour une économie d’énergie. Les bienfaits des double voire triple vitrages sont aujourd’hui décuplés par les vitrages à isolation renforcée comportant le dépôt d’une couche réflexive très mince sur l’une des faces du verre. Ces vitrages laissent passer le maximum de lumière qui bloque la sortie du rayonnement thermique, pour trois fois plus d’isolation.


Les matériaux isolants

Multiples sont les isolants disponibles pour faire une économie d’énergie. Leurs performances sont certifiées par les marques Acermi, BF ou CSTBat. Les moins connus sont pourtant les plus intéressants, car privilégient des matériaux naturels dépourvus d’énergie grise. Parmi eux, la laine de mouton ou de bois, la paille, la cellulose.



Il faut un minimum d’épaisseur pour l’isolation soit réussie et bénéficier du crédit d’impôt accordé à ce type de travaux. Quelques indicateurs techniques permettent d’identifier le matériau : le coefficient R pour la résistance thermique, qui doit être élevée, et les autres, Uw ou Ug pour la transmission surfacique d’un vitrage, qui doit être faible.