Bâtir l’avenir sur des bases "vertes" implique de réduire sa consommation d’énergie (électricité, eau chaude..) mais aussi de s’interroger sur les matériaux de construction pour une maison passive. Pour construire sa maison passive, des matériaux de constrcution sans énergie cachée sont nécessaires. C’est à dire que les matériaux de construction d’une maison passive ne doivent pas nécessiter beaucoup d’énergie ni pour le transport, ni pour leur fabrication. C’est pourquoi le bois est le chouchou de l’environnement question matériaux de construction.

Lorsqu’on évoque la consommation d’un ménage en terme d’énergie, il faut y inclure les quantités absorbées par les matériaux de construction d’une maison, passive ou non, et la gestion des déchets que ce logement produira à sa destruction. Le centre énergétique et procédés (CEP, Ecole des Mines de Paris) a étudié le cycle de vie d’une maison de 100m² en béton, brique, bois et acier située en zone climatique "Bourgogne".


La durée de vie moyenne d’une maison étant de 80 à 100 ans, les consommations de fonctionnement sont majoritaires (94% du total et 90 % des émissions de gaz carbonique). La phase de conctruction ne représente que 6% du total et 10% des émissions de CO². Cette analyse montre que la maison respecte la réglementation thermique RT2000 (aujourd’hui RT 2005, à savoir 15% de plus de conditions d’isolation).


Les réglementations thermiques vont se durcir peu à peu, impliquant pour la phase de construction plus d’importance dans le bilan énergétique total des l:ogements. Il faut donc veiller sur 3 grands secteurs : la nature des matériaux, le transport qu’il occasionne et le procédé de construction retenu. On note de grands différences entre les matériaux naturels et industriels. Cette distinction tient notamment à l’énergie qu’implique leur production (extraction des matières premières, processus industriel, cuisson, façonnage..) Les émissions de gaz carbonique sont un bon indicateur de l’énergie que nécessitent ces différents matériaux.


Ainsi, on dégagerait 2,89 kg de Co² pour produire 1kg d’aluminum pour seulement 0,8kg avec l’acier. On émet 300g de CO² en produisant 1kg de briques, mais seulement 130 g pour 1kg de béton. La production d’1kg de pierre, quant à elle, ne répand que 20g de CO². Encore mieux, la production d’1kg de bois permet de stocker entre 0,49 et 1,72 kg de CO².


Le bois est donc un matériau de construction idéal pour la construction d’une maison passive, à condition de ne pas trop le déplacer. En effet, s’il permet de stocker du gaz carbonique, il peut à son tour en émettre s’il parcourt plusieurs centaines de kilomètres avant usage, comme notamment les bois tropicaux ou le cèdre rouge. Mieux vaut choisir des espèces européennes aux caractérisitiques identiques telles le chêne pour les bois tropicaux ou le pin à la place du cèdre rouge. Les particuliers doivent donc préférer les bois dont les fournisseurs se situent près de chez eux. Ils doivent également veiller au label FSC (Conseil de bonne gestion forestière) apposé sur les bois exploités dans le respect du développement durable.