Faire des économies d’énergie avec les appareils électroménagers actuels de plus en plus performants mais énergivores relève parfois du casse tête. C’est pourquoi savoir lire une "étiquette énergie" permet de réfléchir avant d’investir dans un appareil qui consomme beaucoup.


Consulter une étiquette énergie pour savoir si un appareil électroménager est vorace en électricité, c’est agir dans l’intérêt de l’environnement. Cette étiquette énergie doit obligatoirement être affichée lors de la vente d’appareils électroménager tels que réfrigérateur, congélateur, lave-linge, sèche-linge, lave-vaisselle, fours et ampoules électriques... Ces produits sont classés de A à G selon leur consommation électrique (A signifiant les appareils les plus "verts").


On peut se fier aux indications de l’étiquette énergie même si elle est fondée sur les déclarations des fabricants. A partir de critères de référence selon chaque type de produit, l’étiquette informe suffisamment bien pour comparer les modèles.


Pour être sûr des informations présentées, le mieux est de s’en tenir aux consommations affichées. Bien savoir lire une étiquette énergie permet donc de mieux choisir l’appareil qu’on achète. En comparant l’efficacité lumineuse des ampoules électriques, on peut établir une hiérarchie entre plusieurs lampes de même puissance.


Cette étiquette énergie n’est malheureusement pas obligatoire pour la vente de tous les appareils électriques. La télévision ou la téléphonie n’y sont par exemple pas soumises. C’est regrettable puisque depuis 1995, l’étiquette énergie a contribué à l’amélioration des performances écologiques.


Son échelle a d’ailleurs été révisée avec la disparition des catégories E, F et G sauf pour les ampoules à incandescence qui devraient disparaître du marché d’ici 2015, et la création de bonnes "notes" comme A+ et A++ pour certains réfrigérateurs.